Biographie

Emanuel Bémer est né en Lorraine il y a une trentaine d’années.

Il partage son temps entre l’Est de la France et Paris.

Il est auteur compositeur interprète.

Il a publié deux albums dans le circuit de distribution classique : l’Occiput (Man Itou/Socadisc, 2007) et Minute Papillon (Man Itou/Anticraft, 2012) et deux sous le manteau : Sang d’Encre (2004), et Bon gré Mal gré (2010).

Bémer son dada, c’est les mots ; il s’invente des équations verbales pour le plaisir de rencontrer une inconnue et de résoudre son mystère. Un mystère qui n’intéresse d’abord que lui. L’obsession d’Emanuel est alors de rendre ce mystère universel.

Il anime des ateliers d’écriture ou des stages autour de la voix et de la chanson depuis des années, toujours curieux de rencontrer de nouveaux publics et d’échanger à propos du Mot et de la Voix – et de la façon de les faire se rencontrer.

En 2010 il initie sous la houlette du metteur en scène Julia Vidit le spectacle Bon gré Mal gré, qui sera donné plus de cinquante fois dans le réseau théâtral : au Salmanazar (Epernay, 51), à la Maison de la Culture de Bourges (18) scène nationale, au Prisme (Elancourt, 78), à l’Onde (Vélizy Villacoublay, 78)…

C’est encore le journaliste Gilles Costaz (Le Masque et la Plume) qui en parle le mieux :

Découvrir Emanuel Bémer, c’est découvrir un auteur, un chanteur, un acteur et un musicien.

Ça fait beaucoup ! Il est dur, rugueux, mais drôle. Il est noir mais rayonnant. Il est froid mais brûlant.

Comme le titre Bon gré, mal gré lui convient ! Les textes, centrés sur les Vanités, forts et beaux, fouettent notre vie sans oublier en rien les tableaux religieux qui traitent du même thème.

Julia Vidit semble orchestrer l’impossible rencontre entre Karl Valentin et Serge Gainsbourg. Mais, en réalité, elle ne pense qu’à servir la tranchante modernité de Bémer. Elle le fait dans un splendide sens de l’ombre et de la lumière. De quoi rendre banals les meilleurs des shows.

Puis en 2012 sort Minute Papillon, un album qu’il défend bec et ongles à Paris en Province, à l’étranger (Serbie, Equateur, Allemagne, Suisse…), puis Bémer réalise un vieux rêve un peu fou : orchestrer une anthologie de la chanson française, comme on règlerait ses comptes avec sa chère mère, une anthologie forcément compliquée forcément difficile, une Impossible Anthologie de la Chanson française.